Le gourou de la high-tech se retire pour une période indéterminée

Considéré comme l’un des plus grands patrons de l’histoire, Steve Jobs est sans aucun doute le plus charismatique d’entre tous. On en oublierait presque qu’il est fait, comme tout à chacun, de chair et de sang. Après avoir vaincu un cancer du pancréas en 2004, Steve Jobs avait repris, il y a un an et demi, un congé maladie de six mois pour subir une greffe du foie. Mais la série noire continue pour l’illustre PDG qui vient d’annoncer qu’il allait à nouveau s’absenter pour des raisons de santé, sans donner plus de détails. Depuis son retour en juin 2009 (peu après le lancement de l’iPhone 3GS), la côte de popularité d’Apple (quasi indissociable de celle de Steve Jobs) n’a cessé de grimper. La firme vient d’ailleurs d’annoncer les plus importants bénéfices de toute son histoire… Désormais, tout le monde se demande ce qu’il adviendrait d’Apple, s’il venait à disparaître. Retour sur le parcours d’un homme hors du commun…

L’homme qui voulait changer le monde

Visionnaire, créateur et businessman  de génie, il a marqué l’histoire en créant en 1976 avec Steve Wozniak (un brillant ingénieur rencontré lors d’un stage chez Hewlett-Packard), le premier ordinateur personnel : l’Apple I. Installés dans le garage des parents adoptifs de Steve Jobs, les deux compères en fabriquent près de 200 qu’ils écouleront très vite grâce au bouche-à-oreille au prix de 666, 66 dollars … Ils décident alors de passer à la vitesse supérieure et fondent la société qu’ils baptisent Apple, en référence à la pomme de Newton. L’année suivante, ils lancent l’Apple II (véritable chef-d’œuvre technologique) qui rencontre un immense succès. En 1980, Apple réalise déjà près d’un milliard de dollars de chiffre d’affaires et entre en bourse. Steve Jobs devient millionnaire à 25 ans, mais il perd le contrôle de sa société. Évincé en 1985, il fonde la société NeXT et les studios d’animation Pixar, avant d’être rappelé à la rescousse par Apple en 1997. Il va alors en faire l’une des entreprises les plus innovantes et rentables du monde… En moins d’un an, il reprend les rênes de l’entreprise, et commence à imposer un rythme soutenu d’innovations et une culture du secret quasi dictatoriale. De 1997 à 2001, la marque à la pomme renaît de ses cendres avec les premiers iMac suivis des iBook : des ordinateurs portables tout-en-un qui se caractérisent par leur esthétisme et leur simplicité d’utilisation inimitables. En 2001, il met en place une stratégie unique pour soigner la commercialisation de ses produits : ouverture des premiers Apple Store aux USA (vingt-cinq magasins en seulement un an !), et création de la fameuse exposition annuelle Mac World, durant laquelle il dévoile les nouveaux produits de la marque. C’est à cette occasion qu’il présente l’iPod : un baladeur numérique ultradesign capable de stocker près de mille morceaux de musique ! La légende de Steve Jobs est en marche… Trois ans plus tard, il lance la plate-forme de téléchargements de musique en ligne iTunes qui va révolutionner l’industrie de la musique, au grand dam des géants du secteur. En 2007, il fait une entrée fracassante sur le marché ultra-concurrentiel de la téléphonie mobile avec l’iPhone, puis un an plus tard, avec la boutique d’applications en ligne App Store (plus de 10 milliard de téléchargements à ce jour !). Redoutable négociateur, il va même réussir l’impossible en imposant aux opérateurs de reverser 30 % des abonnements vendus avec l’iPhone, du jamais vu ! Une opération juteuse qui va durer pratiquement deux ans, le temps que la concurrence commence enfin à réagir… Non content d’avoir révolutionné le monde de l’informatique, l’industrie de la musique, de la téléphonie et l’Internet mobiles, Steve Jobs s’attaque, en 2010, au secteur balbutiant des livres et de la presse avec l’iPad. Savamment orchestré, le lancement de la tablette numérique a provoqué un buzz sans précédent. Il est toutefois trop tôt pour savoir si elle lui permettra de gagner ce dernier pari… L’homme qui voulait changer le monde en introduisant les premiers ordinateurs personnels a finalement réussi bien plus que cela…

Commenter